«Chacun a croisé au détour d’une rue, d’une place ou d’un bâtiment, un personnage énigmatique, toujours présent, qui se fond dans le décor. Chacun a entendu des histoires extraordinaires sur ces personnes qui font parties des récits folkloriques et de l’imaginaire commun des villes et des quartiers. Chacun les ignore, les observe, les craint, ou leur apporte soutien et bienveillance par compassion ou encore par empathie.

Mais personne ne peut les sortir de leur torpeur car personne ne peut les priver de ce qu’ils ont de plus cher: leur liberté.

Si pour des raisons diverses, ces individus ont fini par trouver leur place en marge de la société, qu’importe au fond ce qui les a poussé à sortir des systèmes balisés de la vie en société, ce qui caractérise ces figures iconiques de la marginalité, c’est leur puissant désir de liberté.

Stéphanie Hoareau ne s’est pas contentée de dresser des portraits fidèles et dignes de ces individus inscrits dans la quotidienneté des lieux. Elle est allée à la rencontre de chacun d’eux dans un souci de partage et d’échange.

Et sa recherche, qu’elle prenne la forme de dessins, peintures ou vidéo, convoque les principes d’altérité. Quelque soit le temps passé avec eux, son intention est d’exprimer le plus fidèlement possible l’impression qu’ils ont laissée dans son esprit et dans son imaginaire.»